Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Histoire sociale > Les grèves de passementiers : 1848-1900

Histoire(s) stéphanoise(s)

Les grèves de passementiers : 1848-1900

Une du Petit Journal annonçant la grève des passementiers de 1900 (1 S 404).

Brigitte Carrier-Reynaud, maître de conférences en histoire contemporaine, université Jean Monnet, Saint-Etienne, centre de recherches EVS-ISTHME, UMR 5600 CNRS

Au sein du mouvement ouvrier stéphanois, les passementiers et les ouvriers du textile n’occupent pas le devant de la scène. Les premiers rôles sont plutôt tenus par les mineurs et les métallurgistes, souvent en première ligne des luttes ouvrières et impliqués dans des violences d’ampleur et de nature diverses. Si l’image de la ville rouge colle à Saint-Étienne, c’est donc bien plus à ses mineurs et à ses « métallo » qu’elle le doit qu’à des ouvriers du textile à la réputation beaucoup moins bagarreuse.

2 commentaires

  • Yves, 26 novembre 2019 à 20h58Répondre
    Bonjour,
    Le dossier est très intéressant pour l'enseignant d'histoire que je suis et pour mes élèves de première. Ne pourrions nous pas avoir un document original illustrant les émeutes de 1848 pour faire pendant à la Une du Journal Illustré datant de 1900 ?
    Merci pour votre réponse et votre site
    • Modérateur, 24 décembre 2019 à 9h58Répondre
      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire. En ce qui concerne l'illustration, nous ne conservons pas d'autre iconographie susceptible de convenir à cette page. Mais si vous souhaitez approfondir le sujet, nous conservons un dossier relatif aux grèves de la passementerie de 1833 à 1958, conservé à la cote 6 F 186. Il contient peut être des documents susceptibles d'intéresser vos recherches. Il est consultable en salle de lecture, aux horaires d'ouverture.
      Cordialement.
      L'équipe des archives municipales

Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact