Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Vie quotidienne et faits divers > Petite histoire d'un sacrifice

Histoire(s) stéphanoise(s)

Petite histoire d'un sacrifice

Monument funéraire au cimetière du Crêt-de-Roc (photo Guy Sabattier)

Guy Sabattier, historien local amateur, raconte l'histoire malheureuse de César Moulines, mort en sauvant une personne en péril.

Au hasard des tombes du cimetière Saint-Claude, plus connu sous le nom de cimetière du Crêt-de-Roc, vous avez peut-être aperçu celle d'un certain Moulines sur laquelle ne figure pas de prénom et des dates presque illisibles. Parfaitement lisible au contraire, ces mots gravés "À l'instituteur Moulines mort victime de son dévouement" avec la signature "Le personnel enseignant de la Loire et ses nombreux amis".

Ajoutant au mystère, un bronze représentant notre héros, signé G. Dupré autrement dit Georges Dupré, graveur et peintre stéphanois renommé (1869-1909).

Petit indice supplémentaire, est inhumée dans la même sépulture Marguerite Bruguier, veuve Moulines 1856-1937.

Qu'avait donc bien pu faire cet instituteur pour mériter ces honneurs ?

La réponse se trouve dans la presse de l'époque. On y apprend que M. Moulines, directeur de l'école laïque de Grand-Croix, était venu passer la journée du dimanche 3 novembre 1901 à Saint-Étienne. En attendant le train de 18h 26 en gare de Châteaucreux pour rentrer chez lui, il se promenait dans le grand hall et discutait avec des amis. C'est alors qu'il aperçut un homme sur la voie qu'une locomotive faisant une manoeuvre allait inévitablement écraser. M. Moulines se précipita sur l'imprudent pour le pousser hors de la voie et y parvint mais, dans son élan, l'instituteur glissa sur la voie et malgré une tentative désespérée du mécanicien, la locomotive passa sur le corps du malheureux lui sectionnant les deux jambes.

Immédiatement transporté à l'hôpital de la rue Antonin Moine (emplacement de la Grand-Poste aujourd'hui, Hôtel-Dieu détruit quelques temps plus tard et remplacé par l'hôpital de Bellevue), il y est reçu par le docteur Duchamp, neveu de Victor Duchamp qui fut maire de Saint-Étienne dont il porte le prénom. Ce chirurgien fut contraint d'amputer le blessé pensant ainsi pouvoir le sauver. Ce ne fut pas le cas et M. Moulines mourut le vendredi suivant, 8 novembre 1901 à l'hôpital.

Tel fut le destin tragique de cet homme dont l'acte de bravoure fut abondamment et chaleureusement salué.

César Victorin Moulines était né à Anduze dans le Gard en 1851 et avait épousé Marguerite Joséphine Bruguier, originaire d'Arles.

Guy Sabattier

4 juin 2015

Aucun commentaire


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact