Saint-Étienne, fabrique d'artistes

Avec plus de soixante artistes répertoriés dans Histoire des rues de Saint-Étienne de Jean Tibi, on comprend d'emblée que la musique occupe une place importante dans l'histoire de la cité.

Cette histoire débute avec les poètes chansonniers dans la seconde moitié du XIXe siècle : Doutre, Philippon dit Babochi, Roule, Vacher, Gonon. Gonon justement, correspond avec Massenet, l'illustre compositeur, et célèbre ainsi le mariage de la musique populaire et de la musique savante.

Car voilà, à Saint-Étienne, les musiques savantes côtoient depuis longtemps les musiques populaires. Si le lyrique est historiquement très présent, chaque genre musical trouve également un écho favorable : le jazz, le punk, le reggae, le rock, la musique électronique, la musique expérimentale, les musiques du monde, la chanson... Autant de propositions différentes qui s'expriment souvent dans une dimension populaire ou revendicative, née d'une ville bercée par la culture ouvrière.