Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Histoire sociale > Les grèves de passementiers : 1848-1900 > La violence reste l'exception mais contribue à l'image de la ville rouge

Histoire(s) stéphanoise(s)

La violence reste l'exception mais contribue à l'image de la ville rouge

À l’évidence, la violence n’apparaît pas comme faisant partie de la « culture » passementière. Elle est l’exception, qui survient dans un contexte bien particulier, à la croisée de multiples éléments favorables à son surgissement. Mais quand elle survient, elle contribue à conforter l’image de Saint-Étienne ville rouge : quantitativement d’abord, en allongeant la liste des émeutes populaires ou ouvrières ; qualitativement ensuite, et plus encore, en faisant la démonstration que, dans cette ville, même les ouvriers les plus paisibles peuvent se transformer en hordes déchaînées. Ainsi, entre réalités et représentations, les épisodes de 1848 et 1900 peuvent nous permettre de saisir un peu mieux la nature et les spécificités du mouvement ouvrier  local.


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact