Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Histoire sociale > Les grèves de passementiers : 1848-1900 > Deux grèves en décalage avec la norme par leur violence

Histoire(s) stéphanoise(s)

Deux grèves en décalage avec la norme par leur violence

Pourtant, dans l’histoire du mouvement ouvrier textile, on rencontre deux exceptions à ce calme apparent : 1848 et 1900. Nous allons tenter ici d’en comprendre les raisons.

Tout d’abord, rappelons les faits. En 1848, les émeutes des 13 et 14 avril voient le saccage de plusieurs couvents (notamment les couvents de la Reine et de la Providence, ainsi que d’autres en ville et aux alentours). Ces couvents abritaient des métiers à tisser sur lesquels travaillaient des orphelines. Cette concurrence, jugée déloyale par les passementiers, fut à l’origine de la mise à sac des couvents  (métiers brûlés, mobilier, linge, livres et provisions pillés ou détruits) ainsi que de plusieurs morts. Ce déchaînement de violence fut d’autant plus facile que les religieuses n’étaient pas en mesure de se défendre, et que les forces de l’ordre n’opposèrent guère de résistance aux émeutiers.

En 1900, l’émeute du 4 janvier constitue le point culminant d’une grève générale des passementiers (et des mineurs) ; débutée en décembre 1899 sur le motif de revendications salariales (la question du paiement de la mise en train, et d’autre part l’éternelle question d’un Tarif des façons s’imposant à toute la Fabrique), elle ne devait s’achever qu’en février 1900. Là aussi, pendant quelques heures, on assiste à des scènes d’émeute dans le centre ville : tramway renversé, becs de gaz brisés, incendie du kiosque de la place Marengo. La violence s’exerce dans l’espace public : les émeutiers s’en prennent surtout au mobilier urbain, et cherchent l’affrontement avec les forces de l’ordre (du reste, les dix blessés de cette nuit d’émeute sont tous du côté de la police). Au-delà de l’émeute, on note des formes d’expression inhabituelles : défilés dans les rues, chants révolutionnaires, drapeau rouge…

Hormis ces deux poussées de fièvre, on compte de nombreux conflits du travail et grèves au sein du textile stéphanois : des conflits entre chefs d’atelier passementiers et fabricants de ruban (notamment une importante grève des veloutiers en 1865) ; ou des grèves dans les usines textiles (Giron 1885, Brossy 1896, Courbon 1899…). Les enjeux en sont, dans la plupart des cas, des questions de salaires ou de conditions de travail ; mais ces conflits se déroulent dans un calme relatif, autour de formes d’action qui n’excluent pas totalement la violence, mais une violence beaucoup plus limitée dans le temps et dans l’espace : manifestations des grévistes aux portes des usines ; mise à l’index des fabricants par les chefs d’atelier (pour obtenir un tarif plus avantageux sur un nouvel article par exemple) ; représailles contre les chefs d’atelier supposés travailler à des conditions inacceptables (bris des vitres des ateliers) ; donc une « violence » ponctuelle, restreinte à la profession, qui ne déborde pas dans l’espace public.

La norme dans le mouvement ouvrier textile est bien du côté de la modération : les passementiers, artisans, propriétaires de leur outil de travail, et souvent de leur maison, sont gens « raisonnables », que l’on peut classer (en simplifiant) parmi les partisans de l’ordre social et politique, et les bien-pensants sur le plan religieux. Il en va de même pour les ouvriers des usines textiles (dont une majorité d’ouvrières) : l’encadrement, et le contrôle social et patronal y garantissent la discipline. On aurait du mal à trouver parmi eux de dangereux révolutionnaires.

La violence de 1848 et de 1900 est ainsi en décalage avec cette norme : elle est perçue comme telle par les contemporains des événements comme par la mémoire collective de la profession, qui voient dans ces épisodes des dérapages indignes des passementiers « dont la réputation est celle d’ouvriers sérieux, dignes, modèles », selon les termes d’un tract anonyme de janvier 1900, probablement d’origine patronale. Cela les amène à chaud à émettre des hypothèses pour comprendre pourquoi les passementiers ont pu se livrer à de tels excès ; hypothèses que l’historien peut reprendre et soumettre à la critique, en les complétant par ses propres interprétations.


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact