Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Ecrire l'histoire > Ecrire l'histoire ouvrière > Les lieux de conservation de la mémoire ouvrière > Une exceptionnelle richesse de collections

Histoire(s) stéphanoise(s)

Une exceptionnelle richesse de collections

Parce que notre région fut la première région industrielle de France, par sa précocité, par l'ampleur et la diversité de ses productions, par sa capacité à innover, par son souci d'étendre ses espaces de vente, par sa volonté de former et d'enseigner, nous avons la chance de disposer d'un patrimoine industriel singulier. Que ce soient des paysages, des bâtiments, des machines, des équipements, des maquettes, des outils, des archives écrites ou orales.

Que puis-je mettre en valeur de particulièrement exceptionnel parmi le patrimoine inventorié par les différentes structures existantes qui fasse sens ? L'équipe de Philippe Peyre a répertorié 100 sites remarquables, ils sont en fait beaucoup plus nombreux, notre région décline toutes les formes monumentales de l'aventure industrielle. Mais au-delà il existe tout le petit patrimoine, celui que l'on découvre dans les vitrines des musées que vous connaissez en grande part, et celui qui dort dans les réserves. Faut-il vous parler des inventaires de tréfonds de la vallée du Gier, des journaux de puits de l'Ondaine, des séries de tracts syndicaux collectés sur 20 ans à la chaudronnerie Faure, des paquets d’en têtes de factures des passementiers stéphanois, des catalogues de fabrication d'outils, des calques coloriés de machines outil, des livres-échantillons de rubans, et des plaques de verre photographiques ... ? J'arrête, la torture est trop grande, vous avez tous envie de les voir et de commencer une recherche ! Je pense pouvoir vous dire que le plus grand bonheur d'un ancien président d'une des structures rencontrée est de s'offrir du temps libre et de passer du temps dans les réserves de son musée. Les vraies richesses des collections se situent dans les réserves.

Cela pose évidemment la question de la diffusion de la recherche, qui est un élément central de la politique associative et muséale. Éveiller la curiosité, réaliser des expositions, préparer des conférences, publier, nécessite un investissement humain de grande ampleur. Certaines des associations et certains musées s'y investissent particulièrement. Le CERPI propose un catalogue de 17 publications, de 15 conférences, de 11 visites découverte. Quatre associations diffusent une revue à thématique patrimoine industriel, les Bruneaux, Roche la Molière, l'Association ripagérienne de recherches historiques, les Amis de Couriot, rejoints selon les choix éditoriaux des numéros par la Société d'histoire du Chambon et Patrimoine et Histoire. Désormais, toutes ces structures prennent un soin particulier à entretenir leur site Web, qui apparaît comme le plus sûr élément d'accroche du public. Le site de Patrimoine et Histoire donne accès à un grand nombre d'informations, anciennes expositions, documents d'archives. Celui des Amis de Couriot va prochainement autoriser les adhérents à accéder à l'ensemble de l'iconographie dont l'Association est propriétaire.


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact