Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Monuments commémoratifs > Monument La victoire de Samothrace

Histoire(s) stéphanoise(s)

Monument La victoire de Samothrace

FRAC42218_07_5FI_9347.JPG

Emplacement 

Façade de l'école Tardy, angle du boulevard Robert Maurice.

Notice historique 

En 1863, une statue ailée sans tête est mise à jour, sur l'île grecque de Samothrace. Elle commémore une victoire navale remportée au début du IIe siècle avant notre ère. La statue est aujourd'hui au Louvre.

Elle a un double à Saint-Étienne.

C'est un moulage de ciment armé de fils métalliques qui retiennent l'ensemble, réalisé par Gaston Watkin.

Elle commémore le bombardement du 26 mai 1944 de l'école Tardy où vingt-quatre enfants et huit maîtres d'école ont trouvé la mort.

La statue est placée sur une plaque commémorative où les noms des victimes sont gravés.
Lors de la cérémonie d'inauguration, tous les habitants du quartier ainsi que tous les écoliers se sont rassemblés en demi-cercle devant le monument apposé en souvenir des victimes du bombardement.

En mai 1986, la statue apposée contre la stèle commémorative est descellée puis retrouvée près de l'église par les enfants du quartier. Lors de cette tentative de vol, une aile de la statue a été très endommagée.

Chaque année, les hommes politiques locaux, la population, les élèves et les professeurs de l'école continuent à commémorer la mémoire des victimes.

A consulter aux Archives municipales 

Ouvrages :

BOUILLON (Jacques), PETZOLD (Michel), Mémoire figée, Mémoire vivante, les monuments aux morts, Charenton-le-Pont, 1999, 160 p. (6 C 200 1298).

GARDES (Gilbert), Le monument public français, l'exemple de Lyon, Paris, 1986, 7 volumes (6 C 100 1112-1118).

GOYET (Françoise), MALOT (Philippe), Coeurs de pierre, Saint-Étienne, 1995, 93 p. (6 C 200 669).

LUIRARD (Monique), La France et ses morts, les monuments commémoratifs dans la Loire, Saint-Etienne, 1977, 165 p. (6 C 101 184).

ARCHIVES MUNICIPALES, MEMORIAL DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION DE LA LOIRE, Saint-Étienne en 1944, une ville industrielle pendant la guerre, 2004, 8 p. (6 C 300 91- 92).

Documents d'archives :

7 C 10 11 L'Espoir (1er janvier 1951-1er juillet 1951).

7 C 11 89 La Tribune du Centre et du Sud-Est (1er janvier 1951-1er juillet 1951).

DP 87 Dossier de presse.

2 S 276 ROTHE (Elodie), Le bombardement de Saint-Étienne du 26 mai 1944, Saint-Étienne, juin 2002.

Photographies :

1 Fi ICONO 138 La Victoire de Samothrace, statue à la mémoire des maîtres et des élèves tués lors du bombardement du 26 mai 1944 (1991).

5 Fi 9347 Monument à la mémoire des écoliers victimes du bombardement de Tardy (1950).

6 Fi 10049 Le monument de la Victoire de Samothrace, photographie publiée dans l'article "Emoi à Tardy, la victoire de Samothrace s'est envolée" (7 mai 1986).

6 Fi 12449 L'école de Tardy, photographie publiée dans l'article "Enfants déposant une gerbe à l'école de Tardy : plaque commémorative des victimes du bombardement" (27 mai 1990).

13 Fi 11 Monument de l'école Tardy, à la mémoire des maîtres et des élèves tués lors du bombardement du 26 mai 1944 (1989).

 

 

Aucun commentaire

Repères chronologiques 

26 mai 1944 : Bombardement de Saint-Étienne.

11 juin 1951 : Inauguration du monument.

Mai 1986 : La statue est descellée et très endommagée.


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact