Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Monuments commémoratifs > Buste de Marianne

Histoire(s) stéphanoise(s)

Buste de Marianne

Marianne, buste en bronze (1991).

Emplacement 

Place de la République à Côte-Chaude.

Notice historique 

Le buste de Marianne a été déplacé à de nombreuses reprises. Il est devenu un monument commémoratif dès la Grande Guerre. Les premières plaques apposées autour du monument sont celles de 1914-1918.

Le premier buste, sculpté par Faure, est en bois représentant Marianne, symbole de la République, sur la place de Côte-Chaude.

Il est caché dans le four d'un boulanger républicain afin d'être protégé des destructions liées au contexte politique de 1871.

La statue reprend sa place vingt ans plus tard. Mais le bois est trop fragile.

Le buste est déplacé dans une salle de gymnase de l'école des garçons puis dans les sous-sols d'une amicale laïque pour enfin être remise le 13 mai 1975 aux Amis du vieux Saint-Étienne.

Le second buste est en bronze, façonné par Jean-Antoine Injalbert (grand prix de Rome et membre de l'Institut) à l'occasion du centenaire de la Révolution (1889).

Il est offert à la ville par Aristide Briand, député de la Loire en 1902. Durant la Seconde guerre mondiale, il est fondu pour servir à l'industrie de guerre allemande.

Des bustes en plâtre puis en pierre se succèdent jusqu'au buste actuel qui est à nouveau en bronze, daté de 1988.

Le nouveau buste s'est vu modifié afin d'accueillir les plaques commémoratives des victimes de la Seconde Guerre mondiale.

A consulter aux Archives municipales 

Ouvrages :

BOUILLON (Jacques), PETZOLD (Michel), Mémoire figée, Mémoire vivante, les monuments aux morts, Charenton-le-Pont, 1999, 160 p. (6 C 200 1298).

GARDES (Gilbert), Le monument public français, l'exemple de Lyon, Paris, 1986, 7 volumes (6 C 100 1112-1118).

GOYET (Françoise), MALOT (Philippe), Coeurs de pierre, Saint-Etienne, 1995, 93 p. (6 C 200 669).

LUIRARD (Monique), La France et ses morts, les monuments commémoratifs dans la Loire, Saint-Étienne, 1977, 165 p. (6 C 101 184).

Mémorial de la Résistance Loire, Boën-sur-Lignon, 1992, 144 p. (6 C 200 619).

BORIE (Claudius), Côte-Chaude, mon village, 1989, 254 p. (6 C 100 1180).

Documents d'archives :

7 C 11 233 La Tribune-Le Progrès (1er août-31 août 1980).

7 C 11 340 La Tribune-Le Progrès (1er juillet-31 juillet 1989).

12 M 1 Monument de Côte-Chaude aux morts de la guerre de 1939-1945 et de la Résistance, approbation du projet et subventions : délibérations, 1948.

Photographies :

1 Fi ICONO 136 Marianne, buste en bronze (1991).

6 Fi 12025-12026 Le monument aux morts, place de la République (14 juillet 1989).

39 Fi 836 Buste de Marianne, place de la République à Côte-Chaude : négatifs (s.d.).

12 M 9 ICONO 4 Buste de la République sur son piédestal à Côte-Chaude (décembre 1952).

Plan :

1 Fi MONUMENTS 4 Entourage du monument aux morts de Côte-Chaude (s.d.).

 

Aucun commentaire

Repères chronologiques 

1848 : Premier buste de la République, sculpté dans du bois.

14 juillet 1907 : Inauguration de la place de la République et du buste en bronze de Marianne.

1943 : Le buste en bronze est enlevé par les Allemands.

31 mai 1948 : Modification du monument existant.

1948 : Inauguration du nouveau buste commémoratif.

13 mai 1975 : La première Marianne est remise aux Amis du vieux Saint-Étienne.

1988 : Le buste est à nouveau en bronze.

 


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact