Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Espaces verts > Jardin public de la place Sadi Carnot

Histoire(s) stéphanoise(s)

Jardin public de la place Sadi Carnot

Place CArnot

Emplacement 

Place Sadi Carnot.

Notice historique 

Longtemps laissée à l'abandon, la place Sadi Carnot a toujours été une place plantée. On dénombre 92 arbres en 1907.

Au fil des années, elle se dégrade et devient un lieu nocturne mal fréquenté.

Elle est traversée, très tôt le matin, par les ouvriers de la Manufacture et la Ville est obligée d'améliorer l'éclairage public à plusieurs reprises.

Néanmoins, la place a un rôle d'animation important puisqu'elle accueille une fois par an la fête foraine de la ville qui se déroule du premier dimanche de décembre au deuxième dimanche de janvier de l'année suivante.

Après la couverture du Furan au milieu du XXème siècle, la Ville veut changer l'image d'abandon de la place en l'agrémentant d'un jardin.

C'est sur le côté ouest de la place qu'un jardin de détente et une aire de jeux sont réalisés.

Le jardin de détente est composé de bancs de massifs fleuris et de parterres de verdure.

L'instabilité du sol à cause de l'exploitation minière n'a pas permis l'aménagement d'un bassin souhaité par les habitants.

La place a gardé son rôle économique avec le grand marché le dimanche matin et son parc de stationnement, sur le côté est de la place. Le jardin de la place Carnot connaît aujourd'hui, un projet de réaménagement.

A consulter aux archives 

Ouvrages :

MENARD (François), Saint-Etienne pas à pas, son histoire à travers ses rues, ses places, ses monuments, ses hommes célèbres, Le Coteau, 1987, 271 p. (6 C 200 451).

RAPPORT COGNET, Les jardins publics, Saint-Etienne, 1955, 46 p. (6 C 200 207).

RAPPORT GUELPA, Les jardins stéphanois, Saint-Etienne, 1982, 42 p. (6 C 200 207).

VILLE DE SAINT-ETIENNE, Saint-Etienne et ses espaces verts, Saint-Etienne, 1982, 38 p. (6 C 400 903).

Documents d'archives :

DP 32, 34 bis Dossier de presse.

1 I 45 Création de la fête foraine (1911-1923).

7 M 36 Kiosques et urinoirs de l’espace public (1886-1936).

1 O 28 Voirie urbaine, alignement et aménagement des rues : délibérations du conseil municipal, rapports, plans de la place Carnot (1884-1966).

1 O 186 Place du Treuil (1887-1991).

1 O 302 Projets de square et plan de plantations (1940-1941).

6057 W 125 Place Sadi Carnot : plan et profils en long relatifs à l’agrandissement de la place (1891). Aliénation de terrain pour alignement (1893).

6641 W 10 Place Sadi Carnot : devis estimatif de construction de WC souterrains, plan de situation (1962).

Photographies :

2 Fi ICONO 107 Un coin de la place Carnot (1960).

2 Fi ICONO 1309 Le jardin de la place Carnot (1960).

2 Fi ICONO 1469 La place Carnot prise du viaduc (1920).

5 FI 898 Élagage des arbres (1960).

5 FI 899 Pont du chemin de fer (1960).

5 FI 901 Fleuriste sous une voûte du pont de chemin de fer à Carnot (1960).

5 FI 1579-1581, 1583 Fête foraine, le grand huit place Sadi Carnot (1950).

5 FI 2558 La voûte du Furan est ouverte pour la réalisation de travaux de couverture (1946, 31 octobre).

5 FI 9890 Place Carnot, la ville déserte (1961, août)..

9 Fi 48 Marché de la place Carnot (1925).

9 Fi 59 Manèges de la place Carnot (1935).

1 0 28 ICONO 1 Le jardin de la place Carnot (1967).

5909 W 26 ICONO 3 Arrivée du tramway (1974).

Plan :

6589 W 1 PLAN 1 Plan topographique (2005).

(Guide des sources en cours de réalisation).


 

Aucun commentaire

Repères chronologiques 

22 octobre 1887 : projet d'éclairage public de la place du Treuil.

2 mai 1891 : agrandissement de la place du Treuil.

19 juillet 1894 : la place du Treuil est baptisée Sadi Carnot.

17 mars 1899 : installation de becs à gaz pour l’éclairage public.

3 novembre 1911 : création de la fête foraine de la place Carnot.

1940-1941 : plantation d’arbustes devant le restaurant foyer du Secours National.

11 avril 1944 : compte rendu des expertises sur les fissures et dommages de la voûte du Furan. Le montant total des dommages est de 999 766 francs. Les mines de la Loire devront payer 59,5% de la somme totale, contre 25,5 % pour les Houillères de Saint-Etienne et 15 % pour la Ville.

1954 : 2500 m cube de terre végétale sont apportés des jardins ouvriers pour aménager un jardin.

 


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact