Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Edifices administratifs > Palais de justice

Histoire(s) stéphanoise(s)

Palais de justice

Le Palais de Justice de nuit, 1920 (2 Fi ICONO 4064).

Emplacement 

Place du Palais-de-justice.

Notice historique 

Le premier Palais de justice s'appelle " Hôtel de justice " et est installé au Mont d'Or avant la Révolution. En 1813, le Conseil municipal achète les jardins de la famille Passerat afin de construire un bâtiment assez grand pour servir à la fois de tribunal civil, de tribunal de commerce et de caserne de gendarmerie. On confie l'étude des plans à l'architecte Dalgabio.

C'est seulement en 1822 que commencent les travaux de construction par Lacombe. Pourtant ceux-ci, à peine commencés, sont suspendus jusqu'en 1832 par manque de fonds. C'est l'entrepreneur Desjoyaux qui achève le Palais de justice en 1832.

La nécessité de faire des premières réparations apparaît. Le plafond menace de s'écrouler en 1842, les charpentes ne sont pas assez solides, des dégradations sont constatées régulièrement. Ainsi en 1857, il faut refaire la façade, des projets d'ornementation du Palais de justice appellent encore de nouveaux crédits et les besoins de rénovations s'accumulent toujours : en 1862 une voûte s'écroule et fait un blessé grave. Les sculptures sont réalisées en 1863 et l'on commence des travaux d'aménagement afin que les Prud'hommes et la Justice de Paix puissent également s'installer au Palais de Justice.

De nouvelles réparations doivent être entreprises en 1865, et de 1872 à 1877. Le Conseil municipal veut faire installer une école au Palais de justice. Les réparations ne cessent pas pour autant : le toit est refait en 1885. On constate en 1902 que les fondations sont très fragiles. Les escaliers et la salle d'audience apparaissent en mauvais état en 1941.

C'est sans compter sur les mines qui fragilisent également le site et dont les dégâts sont constatés en 1960 ; les Houillères du Bassin de la Loire sont alors sollicitées afin participer aux réparations.

Les travaux sont continuels au Palais de justice, dès sa construction, et lorsque qu'aucune structure ne menace de s'écrouler, ce sont des dégradations volontaires (sur les murs par exemple) qui sont observées. En 1967, les bureaux sont encore une fois remis en état. La dernière réhabilitation du Palais de justice commence en octobre 2000 pour se terminer en 2004.

A consulter aux Archives municipales 

Ouvrages :

BOSSAKIEWICZ (Stanislas), Histoire générale, chronologique, administrative, biographique et épisodique de Saint-Etienne, depuis les origines jusqu'à nos jours, 1905, 536 p. (6 C 100 74)

FOURNIAL (Etienne), Histoire de la ville et de ses habitants, Roanne, 1976, 426 p. (6 C 101 089)

MENARD (François), Saint-Etienne pas à pas, Le Coteau, 1987, 272 p. (6 C 200 451)

Naissance de la ville industrielle, les Dalgabio en Forez, 1760-1831, Saint-Etienne, 1988, 167 p. (6 C 100 1132)

Documents d'archives :

Pièces écrites

2 M 6 Travaux d'agrandissement pour le transfert du bureau des Prud'hommes (1911), travaux pour l'installation du chauffage central (1953), demande aux Houillères du Bassin de la Loire de participer aux réparations dues aux dégâts miniers, 1812, 1860-1954.

2 M 40 Bâtiments communaux, construction du Palais de justice, délibérations du Conseil municipal, photographies, acquisition des terrains Passerat (1813-1818), aliénation de terrains dépendant des jardins Passerat : actes notariés du 27 juillet 1819 et du 12 mars 1819, concours de la ville pour l'établissement d'un nouveau Palais de justice, projet de reconstruction (1853-1854), dégagement de la façade du Palais de justice par une avenue (1861) ; partie non occupée par le Tribunal ou les services judiciaires, cession et occupation par la ville (1863), achèvement des travaux et subvention de la ville (1880), construction d'un groupe scolaire, justice de Paix et salle de Prud'hommes : projet définitif, adoption des plans, devis, traité avec le département, procès-verbaux d'adjudication (1866-1883), affiches, plans, travaux de sculpture, marché Pianella et Bracciano (1885) ; réparation du chauffage (1939), réfection de locaux (1941), création d'une entrée (1944), documentation, articles de presse (1960-1964), réfection de la toiture et des façades, mise à disposition de locaux pendant la durée des travaux (1960-1967), instance contre les Houillères du Bassin de la Loire, arrêt de la Cour d'Appel, acceptation (1963), 1803-1963.

1 O 129 Dossiers de voirie, travaux publics demandés dans la rue du Palais-de-justice, courriers au Maire pour le pavage, l'amélioration de l'éclairage, le projet d'installation d'une fontaine, 1832-1899.

Photographies

2 Fi ICONO 263, 974 Palais de justice, 1930.

2 Fi ICONO 1028 Palais de justice, 1925.

2 Fi ICONO 1512-1516 Palais de justice, 1910.

2 Fi ICONO 2138 Un des lions du Palais de justice : la loi, 1991.

2 Fi ICONO 4058-4068 Palais de justice, 1901, 1904, 1908, 1920, 1924.

2 M 40 ICONO 1 Palais de justice, vue de l'avant du bâtiment, s.d.

2 M 40 ICONO 2 Palais de justice, plan large de la façade, s.d.
 

Le Palais de Justice, 1924 (2 Fi ICONO 4067).

Aucun commentaire

Repères chronologiques 

1822 : début des travaux de construction du Palais de justice par Lacombe, lieu qui servira d'auditoire pour les tribunaux, de caserne de gendarmerie et de prison.

1832 : fin de la construction, la première Chambre s'y installe en janvier.

1837 : aménagement intérieur du Palais de justice.

1857 à 1864 : nouveaux travaux au Palais de justice : élévation de la façade, projet de sculpture et d'ornementation.

1860 : ouverture d'une avenue devant la façade.

1881 : projet d'agrandissement du Palais de justice. La Ville décide d'y installer aussi une école de garçons.

1885 : réfection du toit.

1941 : nouvelle remise en état des locaux.

1960 : dégât des mines qui affectent le bâtiment.

1966 : ravalement des façades.

1967 : réfection des bureaux.


 


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact