Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > Tranches d'histoire > Cinémas > Royal (Le)

Histoire(s) stéphanoise(s)

Royal (Le)

Informations pratiques 

  • Date de création : 22 septembre 1912 (pour la salle) et 23 avril 1913 (pour le cinéma).
  • Localisation : avenue de la Libération (ex-avenue du Président Faure), centre-ville.
  • Direction : privée (Léon Salengros et Mme Salengros, André Salengros, J.C. Pace, René Ravassard).

Activités 

Prix des places :

  • 1913 - 0,60 à 1,50 francs.
  • 1921 - Timbres réduction chez les commerçants.
  • 1938 - 3,50 francs à 7 francs.

Salle :

  • 1912-1913 - Ancienne salle d'assez grande dimension : au rez-de-chaussée, on pratiquait le patinage à roulettes, et au balcon on pouvait consommer.
  • 1916, 1932, 1949, 1954, 1963, 1975-1976 - Travaux de rénovation et/ou de modernisation de la salle.
  • 1949 - 1275 places avant les travaux importants de rénovation.
  • 1984 - Aménagement sur 3 niveaux de 7 salles représentant 1220 places au total, dont une salle de 500 places (la plus grande de Saint-Etienne à l'époque), avec un projecteur équipé pour le 35 et 70 mm et Dolby stéréo.

Type de cinéma (films, clientèle...) :

  • Très bons films en première vision. Public d'un haut niveau social.
  • 1913-1914 - Projection des films des principaux réalisateurs de la Gaumont : Léonce Perret, Louis Feuillade, Henri Fescourt.
  • 1914-1918 - Tous les grands films de l'époque sont à l'affiche au Royal : "Les Vampires", "Fantomas", "Les mystères de New-York" et les premiers westerns avec Tom Mix et Rintintin.
  • 1918-1939 - Comédies et dramatiques constituent à parts égales l'essentiel de la programmation de l'entre-deux-guerres.
  • 1954 (à partir de) - Le Cinémascope permet la projection des grandes productions américaines de la Fox ("La lance brisée", "La Veuve noire"...) et de la Warner ("Hélène de Troie", "Moby Dick", "La Terre des pharaons") qui utilisent ce procédé.
  • 1978-1984 - Films à grand spectacle, mais en deuxième ou troisième vision.
  • 1984 - Films en sortie nationale.

Aucun commentaire

Repères chronologiques 

1912 (22 septembre) - Ouverture d'une salle de patins à roulettes "Le Great-Skating-Ring" aux grandes dimensions abritant un promenoir, une tribune, une galerie, un jardin d'hiver, un buffet bar : tout en pratiquant son sport favori sur une piste de 800 mètres en érable, on peut voir des films Gaumont. A en croire les annonces publicitaires parues dans la presse de l'époque, il s'agit "du plus bel établissement de la région". Les films sont accompagnés par un grand orgue ou un orchestre.

1913 (23 avril) - Les époux Salengros, après avoir transformé la salle précitée en salle de cinéma en assurent la direction : Le Royal s'affirmera rapidement comme l'une des plus importantes salles du paysage cinématographique stéphanois.

1940 - Décès de Léon Salangros et dissolution de la société Royal Cinéma créée le 30 décembre 1920 avec pour associé Antonin Carrot, et pour fondé de pouvoir André Fasola. Mme Salengros est désormais seule aux commandes.

1949 (juin-octobre) - Fermeture durant quatre mois de la salle pour rénovation importante. C'est une nouvelle salle aux murs d'une couleur bleu-vert turquoise, aux fauteuils rouges et au rideau jaune qui accueille le film technicolor "Les tuniques écarlates."

1954 - Toujours à la pointe en matière de techniques cinématographiques, Le Royal est le premier cinéma stéphanois à installer le Cinémascope et le son stéréo 4 pistes pour la projection de "La tunique." Son propriétaire, André Salengros, l'a ramené en quelque sorte sous son bras de Paris, où il s'était rendu à la fin de l'année 1953 pour étudier les possibilités de l'hypergonar, de l'écran large et du son stéréo.

1963 (1er septembre) - Mise en service de la projection 70 mm Todd-AO, son stéréophonique, pour la nouvelle salle de 1007 places. Le Royal, encore une fois, est à l'avant-garde en matière d'innovation technique : il est le premier cinéma de la ville à s'équiper du Cinémascope, son stéréophonique magnétique.

1974 (1er juillet) - Décès d'André Salengros qui avait pris sa retraite.

1975-1976 - Propriétaire du cinéma : M. Balutaud, direction assurée par J.C. Pace. Réalisation de quelques aménagements (fauteuils, sonorisation).

1977 - Arrivée de M. Marcel Massu, toujours propriétaire du Royal en 2008. Le groupe Massu est déjà implanté à Saint-Etienne où il possède L'Eden qu'il délaissera en 2003. Il est très présent dans son fief, la ville de Dijon (20 salles de cinéma en 2008).

1977-1986 - Direction assurée par René Ravassard, qui dans notre ville fut opérateur à l'Anabel et responsable du Kursaal, du Triomphe et du VSD.

1977 (6 décembre)-1978 (3 mai) - Fermeture momentanée du cinéma.

1984 - Réalisation des travaux pour transformer Le Royal en multisalles, 7 en tout (1 de 500 places, 2 de 200 places, 2 de 100 places et 2 de 60 places). Le 5 mars, la toiture s'effondre et le 13 du même mois, le balcon et le mur sur l'avenue disparaissent.

1984 (26 septembre) - Réouverture du Royal après de longs mois de travaux. Toutes les salles sont permanentes de 14 h à 24 h, avec comme films à l'affiche : "Indiana Jones", "Le vol du sphinx", "Tir à vue", "Police Academy", "Stress", "Les nuits de la pleine lune" et "Roar."


 


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact