Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > La saga Casino : le blog >

Histoire(s) stéphanoise(s)

Affichage détaillé (La saga Casino : le blog)


J-10 : Objet commercial non identifié

Une cliente vient d’effectuer ses achats et quitte la remorque-magasin, juillet 1955. Album photographique n° 7, p. 658. Publié dans Entre-Nous n° 559, 15 juillet 1955, p. 5
En 1955 est déposé à la Pointe de l'Arpillon sur la commune de Roquebrune-sur-Argens, un objet étrange. Ni totalement véhicule, ni totalement magasin, il s'avèrera en revanche être une enseigne parfaitement efficace.

La « remorque-magasin », ainsi que l’appelle le Casino, est une succursale temporaire, installée sur cet emplacement très touristique le temps de la construction d’un magasin « en dur ». Elle restera finalement posée jusqu’en 1957 et sera même doublée durant l’été 1956 d’une jumelle, tant son impact publicitaire est grand.

Entièrement métallique et rutilante, peinte aux couleurs du Casino à l’extérieur, recouverte de chrome et de plastique blanc à l’intérieur, la remorque évoque la villégiature régionale autant qu’une caravane futuriste. Elle est aussi un prototype du libre-service [lien vers l’article « Servez-vous ! »] en tant qu’expérience. « Entrez par la gauche, prenez un panier, servez-vous vous mêmes, vous paierez en sortant », clame un panneau extérieur jouxtant les affiches colorées de la semaine. Le client participe alors à ce qui s’apparente à un protocole expérimental futuriste. Aucun déplacement ne lui est permis si ce n’est le conduit dans lequel il rentre, qui le mène au cœur des marchandises, l’obligeant à passer devant chacune, dans un sens, puis dans l’autre, l’invitant à remplir son panier avant de passer à la caisse. Venir faire ses courses à la remorque-magasin, c’est, littéralement, expérimenter un « voyage au cœur des marchandises » qu’on pourra raconter à de futurs clients : l’expérience devient argument publicitaire et assurera à la succursale n° 82-51 une prospérité inégalée.

L’architecture réalisée en 1957 par M. Brillaud de Laujardière, prix de Rome, devra à tout le moins égaler en spectaculaire l’expérience sensitive de la remorque. La succursale sera semi-circulaire, telle un O.V.N.I. définitivement ancré sur la pointe rocheuse méditerranéenne.

La remorque-magasin lors de son transport vers les Issambres, juillet 1955. Album photographique n° 7, p. 652Les deux remorques-magasins sur la Pointe de l’Arpillon durant l’été 1956, Album photographique n° 8, p. 740L’intérieur de la remorque avant son transport, juillet 1955. Album photographique n° 7, p. 658Aux Issambres, le plus bel immeuble Casino a été construit, juillet 1957. Album photographique n° 9, p. 793. Publié en Une de Entre-Nous n° 668,12 juillet 1957
La saga Casino

Animé par les archives municipales, le musée d'art et d'industrie, la cinémathèque et le conseil scientifique, ce blog vous propose de découvrir le projet Casino à travers le patrimoine historique du groupe et de suivre les avancées des travaux autour de ce fonds exceptionnel.

En savoir plus…

Billet publié le 06/10/2018

2 commentaires

  • Epargne Colo, 10 octobre 2018 à 10h44Répondre
    Comment était gérée cette remorque magasin, par un gérant mandataire ?
    Après 1957 qu'est devenue cette remorque magasin ?
    Je suppose qu'elle a été utilisée ailleurs comme magasin provisoire, mai où ?
    Par avance, merci.
  • Modérateur, 18 octobre 2018 à 11h48Répondre
    Bonjour,

    La remorque magasin était bien exploitée par un gérant. Celui des Issambres était en poste dans une autre succursale jusqu'alors.
    La remorque a été utilisée à la fois dans les lieux de villégiature et dans les quartiers nouveaux en construction, à Marseille et à la Ciotat notamment. Dans ces deux cas la remorque permettait de s'assurer de la rentabilité du magasin avant l'installation d'une succursale en dur.
    Nous ne connaissons pas précisément la date à partir de laquelle la remorque n'est plus utilisée mais nous savons qu'elle continue de l'être, au moins, jusqu'à la fin des années 1960.

    Les archives municipales

Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact