Accueil > Histoire(s) stéphanoise(s) > La saga Casino : le blog >

Histoire(s) stéphanoise(s)

Affichage détaillé (La saga Casino : le blog)


Allons à la campagne...

De l’intérieur de son véhicule, M. Chemarin sert ses clients qui accourent avec plaisir à l’appel de son clakson [sic], juillet 1952. Album photographique n° 4, p. 379.
Entre 1951 et 1956, au moment où les " libre-service " se développent en ville, les gérants des succursales dites " de campagne " se voient fortement encouragés à acquérir une fourgonnette aménagée afin d'améliorer leur chiffre d'affaire.

Chaque semaine, dans la revue Entre-Nous, à la rubrique « les nouvelles », une image revient régulièrement : celle du gérant en tournée. Présenté en pleine vente, à l’arrière de sa fourgonnette dont on voit systématiquement le flanc peint aux couleurs du Casino, le gérant semble animer de sa bonne humeur et de son dynamisme une clientèle rurale parfois archaïque.
La « tournée » devient un feuilleton hebdomadaire au moment où s’organisent ces ventes ambulantes fortement structurées dans le temps et dans l’espace. Le gérant, sous l’égide de son inspecteur, doit instaurer de nouveaux rendez-vous avec ses clients éloignés. Chaque semaine, en un rituel immuable, la fourgonnette se gare le long d’axes scrupuleusement définis, à des carrefours judicieusement choisis, dans des hameaux dont la distance par rapport à la succursale est longuement calculée, carte IGN en main.
Le gérant klaxonne, ouvre les portes arrière de la camionnette : un comptoir mobile ainsi que des rayonnages chargés de marchandises apparaissent, attirant les habitants des fermes isolées. Cette scène de vente pittoresque devient l’un de ces événements hebdomadaires qui fidélisent la clientèle.
L’image qui se construit au fil de ces rendez-vous réguliers est en réalité une publicité multiple. Dans les pages d’Entre-Nous, le feuilleton des tournées élabore peu à peu le chromo d’un gérant moderne, mobile et motorisé qui vient servir les marchandises au plus près de la clientèle. Dans les prospectus publicitaires des constructeurs automobiles associés, la même image permet de faire valoir la robustesse et la fiabilité des véhicules.
Le chromo sera même remis en scène et photographié par Marie-Claire lors d’un article consacré aux maisons à succursales en 1957.
Le gérant, pivot central du système de communication de Casino depuis 1931 et le logo Cassandre, devient, avec le motif des tournées, une véritable machine publicitaire mobile.

M. Michel, de la succursale n° 1266 au Breuil, en tournée, avril 1953. Album photographique n° 5, p. 436.Le facteur pendant les tournées journalières à Paray-le-Monial, janvier 1956. Album photographique n° 8, p. 701.Une des raisons de la réussite de la succursale n° 95-10 de Chomérac est certainement la serviabilité de M. Marcon, novembre 1957. Album photographique n° 9, p. 824.  Extrait de la brochure publicitaire : « L’épicerie en campagne » éditée par Renault en 1957
La saga Casino

Animé par les archives municipales, le musée d'art et d'industrie, la cinémathèque et le conseil scientifique, ce blog vous propose de découvrir le projet Casino à travers le patrimoine historique du groupe et de suivre les avancées des travaux autour de ce fonds exceptionnel.

En savoir plus…

Billet publié le 19/07/2018

Aucun commentaire


Espace personnel

© Archives municipales de la ville de Saint-Étienne
Plan du site - Contact - Accessibilité - Crédits

Saint-Etienne ville UNESCO de design Contact